Missions et organisation de la CNAMGS

Gabonais économiquement faible CNAMGS GabonEn mettant en place en 2007 le régime obligatoire d’assurance maladie et de garantie sociale pour accompagner la population gabonaise dans ses dépenses de santé, le Gabon a ainsi réalisé une avancée majeure. Aujourd’hui, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie sociale est considérée comme l’élément moteur de la politique sociale du Chef de l’Etat et du Gouvernement gabonais. Relevant de la tutelle du ministère en charge de la prévoyance sociale (Ministère de l’économie de l’emploi), elle est de afcto associée aux grands enjeux en matière de santé, ce qui l’amène à jouer un rôle essentiel auprès de la population.

Ses missions sont de 2 ordres :

  • Garantir la couverture maladie à l’ensemble de la population gabonaise,
  • Assurer le service des prestations familiales aux Gabonais Économiquement Faibles (GEF), qui perçoivent des allocations familiales, une prime de rentrée scolaire et une prime à la naissance sous forme de layette.

Ses  3 principaux objectifs sont :

  • l’amélioration de l’accès aux soins de santé,
  • la contribution à l’amélioration de l’offre de soins,
  • la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale,

A l’instar du Maroc, de la Tunisie et de la Mauritanie, l’Etat gabonais a décidé d’améliorer le bien être de sa population en lui procurant une assurance maladie. Toutefois, il est important de souligner que le Gabon est le seul pays au monde à prendre en charge les populations les plus défavorisées.

Les GEF sont également pris en charge dans le cadre des évacuations sanitaires sans aucune contribution financière de leur part. La prise en charge des populations les plus fragiles au même titre que les couches les plus favorisées constituent une avancée sociale majeure.

Par exemple, en 2011, la CNAMGS a enregistré 153 évacués sanitaires, toutes pathologies confondues, pour un montant de 1,6 milliards FCFA. Plus de 70% de ces évacuations concernent des affections tumorales, cardiovasculaires et neurochirurgicales, pour lesquelles les plateaux techniques ne sont pas encore entièrement disponibles au Gabon. A cet effet, des accords ont été passés par la CNAMGS avec des structures hospitalières de pointe au Maroc, en Tunisie, en Afrique du Sud et en France. Un mécanisme de transfert de compétences et de technologies a été amorcé avec ces partenaires pour améliorer progressivement la capacité opérationnelle de traitement de ces pathologies au Gabon.